Le boom des supermarchés coopératifs en France

Statut: 

Depuis le poulet aux hormones chanté par Jean Ferrat en 1964, les scandales n’ont cessé de ternir l’image de l’industrie agro-alimentaire. La liste est longue, de la vache folle au lait pour bébé contaminé par des salmonelles, en passant par la pandémie de grippe aviaire, l’huile de colza frelatée et la viande de cheval dans les lasagnes soit-disnat au boeuf, pour ne mentionner que les plus récents… Et que dire de l’agriculture conventionnelle et ses poisons, l’élevage en batterie, les conditions abominables d’abattage d’animaux de boucherie dénoncées par L214, la maltraitance des poussins ou des porcs? Tous ces abus ont choqué les Français et ont fini par faire naître chez beaucoup de gens un grand ras l’bol. D’autre part le quasi-monopole de la grande distribution, son éthique et son impact environnemental discutables ont lassé certains consommateurs qui se sont mis à rêver à autre chose.

Mais comment concilier une volonté de mieux s’alimenter, de consommer des produits locaux et bio, d’avoir un moindre impact environnemental, de favoriser une agriculture durable avec un désir d’éthique, de transparence, de partage et d’autogestion ? La réponse nous vient des Etats-Unis, où des milliers de coopératives alimentaires ont été créées dans les années 1970 par des petits groupes de copains ou de voisins. Beaucoup de ces coopératives pionnières n’ont pas survécu mais il reste actuellement environ 350 supermarchés coopératifs aux Etats-Unis où seuls les coopérateurs peuvent s’approvisionner. Certaines de ces Food Coops sont devenues de grands succès. Park Slope Food Coop, à Brooklyn (New York) est devenu la référence incontournable : 17 000 membres, 70 salariés, des produits frais de grande qualité à des prix modérés, une gestion transparente, une éthique irréprochable et tous les membres qui participent à raison de 3h de travail par mois.

Vingt-cinq supermarchés coopératifs ont déjà été créés en France sur le modèle de Park Slope Food Coop. https://framacarte.org/en/map/supermarches-cooperatifs-participatifs_6392#6/46.860/9.514 Le film documentaire Food Coop réalisé par Tom Boothe,https://foodcooplefilm.com/ , tourné à Brooklyn, a permis à de nombreuses personnes de prendre conscience qu’un changement radical était à leur portée. C’est ainsi que le film et son réalisateur ont inspiré la Louve à Paris, la SuperCoop à Bordeaux, la Cagette à Montpellier, Super Quinquin à Lille, Bees à Bruxelles et de fil en aiguille, une vingtaine d’autres.

Des supermarchés coopératifs sont aussi en projet dans toutes les régions de France, à Rennes, Lyon, Juvisy sur Orge, Nancy, Toulouse, Toulon, Grasse, Versailles, au Pays Basque et à Annecy par exemple. Dans le sud de la Seine-et-Marne, un supermarché coopératif rural et péri-urbain est actuellement en gestation, la Cooplicot. Les premières discussions ont commencé en juin 2017 réunissant cinq personnes dont quatre Sélistes du SEL des Ecluses. De cinq personnes, le groupe est passé à cent en quatre mois. Des commissions ont été créés pour réfléchir à tous les aspects du projet : l’éthique, le recrutement des coopérateurs, la recherche de fournisseurs, les lieux, les services, le règlement, la communication, le site web et la page FaceBook etc. Car l’idée et la convivialité ne suffisent pas pour réussir une entreprise collective, le projet doit être peaufiné dans ses moindres détails.

Les Coops répondent à une volonté de changement. Nous sommes à un tournant avec la menace du changement climatique, l’agriculture conventionnelle dans une impasse et la précarité des emplois. Les citoyens peuvent trouver des solutions alternatives au modèle économique proposé, les SEL en sont une, les coops en sont une autre.

Article écrit par Pascale Dey, SEL Fleur de Seine et SEL des Ecluses, janvier 2018  

Vous avez d’autres suggestions d’expériences à partager ?  Nous vous proposons de nous les partager via l’adresse [email protected] et nous les répercutons dans la mesure de nos possibilités.

 

 

Avis: 
Pas d'avis